Bitchin Summer
Bienvenue dans la vallée de Prissiade,
Bitchin Summer est un forum RPG tout récent,
Du rire
Des rencontres
Des fous
Du suspense
Mais surtout de l'amusement !
N'hésite pas à nous rejoindre ou à demander un partenariat Wink



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Heureusement que le ridicule ne tue pas ▲ Naomie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Heureusement que le ridicule ne tue pas ▲ Naomie   Mer 3 Sep - 17:09





“ Parce qu'heureusement, le ridicule n'a jamais tué personne ! ”


Caractère
Mon caractère à principalement été forgé par mon histoire et a évolué avec elle. Tout d'abord j'étais quelqu'un de très calme, de très carré, travaillant quand il faut, connaissant mes leçons par cœur. Etudier... Était devenu presque un plaisir pour moi. Mais ça, les autres ne pouvaient pas le comprendre. Victime de plusieurs plaisanteries... Pas si drôle que ça, voir de rackette et de vole... C'est principalement à cause de cela que je suis devenue celle que je suis aujourd'hui. Mais... Qui suis-je ? Disons que j'ai deux visage, un interne, celui que je suis la seule à connaître et que seul quelqu'un d'extrêmement intelligent et de très proche pourrait seulement apercevoir et un externe, celui que je montre, que tout le monde pense que je suis. Et celui que je vais vous expliquer plus en détails aujourd'hui. A premier abord, j'ai l'air de quelqu'un de froid, il faut un peu de cran pour venir me parler, c'est sans doute à cause de ma façon de regarder les gens, et principalement les filles. Mais détromper vous, je n'ai que rarement de préjugés. Par après seulement, on apprend que je suis quelqu'un d'osé, qui fait absolument n'importe quoi et également d'un autre côté, toujours une jeune fille très réfléchie et assez intelligente et mature. L'une de mes principales qualité, ou défaut -à vous d'en juger- est l'observation, j'observe beaucoup les gens qui m'entourent, c'est quelque chose qui me fascine, c'est comme ça que j'ai appris légèrement à décoder le langage de corps, même si je suis encore loin d'être une mentaliste. Je suis aussi quelqu'un de très à l'écoute, mais de peu parleur, je n'aime pas parler de ma vie privée à tout le monde, je suis assez réservée. Mais vous pouvez m'accorder votre confiance. Mais cela ne veut pas dire que je vous accorderai la mienne. En résumé... Je suis quelqu'un qui paraît toujours heureuse, souriante, pleine d'énergie et courageuse. En effet, il y a peu de chose qui me font réellement peur. Beaucoup pensent que ma vie est parfaite, mais pourtant ils sont loin du compte. Car au fond de moi se cache cette deuxième facette, comme un poison caché en moi, que je m'efforce de garder comme un secret, de ne rien laisser paraître. Dans le fond, il reste toujours une trace de ce que j'ai vécu. Et j'essaye tant bien que mal, qu'elle ne refasse jamais surface.


Histoire
Ma vie, contrairement à des idées reçues n’a pas toujours été rose, loin de cette idée. Je n'ai en effet pas toujours été heureuse. Tout d'abord en primaire, dans cette cours où longtemps je fus rejetée, traitée de tous les noms. Petite élève studieuse, je longeais les murs pour ne pas être remarquée et attaquée par les petites pestes que certaines peuvent être à mon âge. Rien de très méchant pourtant, mais à la longue ça use. Si ça n'avait été que ce genre de petites plaisanteries, ça aurait pu passer, mais avec le temps ça n'a fait qu'empirer et le pire. Fut sans doute que je me laissai faire. Enfin bref passons tous ses petits détails de chamailleries pas très intéressant pour passer directement dans le vif du sujet. Saut dans le temps.
J'ai aujourd'hui 14 ans, 14 années et tout va... Encore plus ou moins bien. Je commence à prendre de l'assurance, à devenir un peu plus féminine et à comprendre qui je suis. C'est en ce mois chaud d'août que je rencontrai mon premier petit copain. Filant la belle vie pendant plusieurs mois avec celui-ci, je pensais que toute ma vie serait merveilleuse, je respirai la joie et le bonheur, comme un papillon virevoltant de fleurs en fleurs. Rien de plus merveilleux que cet amour naissant et grandissant chaque jour. Jusqu'au moment où... Il la rencontra, elle, l'une de mes plus proches amies. Eperdument amoureux de cette sorcière, ensorceler par son charme, se laissant aller dans ses bras, quittant peu à peu les miens. Puis je l'ai perdu... Elle et lui, j'avais l'impression d'être seule au monde, de n'avoir plus personne pour me confier, plus personne à qui parler. Et je me sentais peu à peu revenir à la case départ, mais quelques mois plus tard, je plongeai encore et encore. Quand je me regardai dans le miroir j'en voyais quelqu'un de livide, de mort. Je me laissais aller, bien trop aller. Me penchant presque tous les jours au dessus de la cuvette des toilettes, peu après obsédée par mon poids, par mon ventre, dans chaque parcelle de mon corps je ne voyais que de l'horreur. C'est en cette période que j'ai revu Camila, certes, ça n'avait pas toujours été l'amour entre nous deux, mais ce fut l'une des seules personnes avec qui j'avais réussi à tenir une conversation en primaire. Elle avait déjà bien changé, devenant une femme. Et moi à côté, frêle et presque pitoyable. Elle eut vite remarqué que ça n'allait pas fort pour moi. Elle faisait preuve d'une grande maturité pour son âge. Elle l'avait de toute façon toujours été. Et également d'une certaine envie de m'aider à remonter le gouffre dans lequel je plongeai chaque jour un peu plus. De hauts et des bas, parfois elle se trouvait exaspérée par mes manières, mais elle ne baissait jamais les bras, me soutenant, me tirant comme un poids, me hurlant dans les oreilles que si je continuais comme ça, je n'arriverai jamais à rien. Me tirant vers le haut. Parfois c'était catastrophique. Mais malgré cela, elle me tirait toujours, me soutenait et était toujours là pour moi.
Ce fut l'année dernière que le déclique apparut, comprenant qu'il fallait vraiment que je change, je décidai de mettre fin à cette maladie qui me rongeait l'intérieur. Bien que toujours obsédée par le nombre de calories avalées et dépensées, je recommençai doucement à prendre goût aux choses. Mais d'autres personnes ignorant toujours cet horrible problème qui m'avait empoisonné depuis plus d'un an continuaient à me charrier. Le seul moyen que j'eus trouvé pour m'en défendre était de les ignorer. J'avais décidé d'être bien, d'être moi. Je laissai la métamorphose se prendre de moi et me faire gravir les échelons du bien être. Mais malgré toutes les choses que j'avais mises en place, il me restait et me reste toujours un point faible. Il se situe sur le haut de ma jambe droite, à un endroit où nul ne peut le voir, sauf celui qui me voit entièrement nue. Caché par le tissu de ma lingerie ce trouve cet endroit où ma lame tranche ma peau. C'est le dernier souvenir de cette époque presque révolu. Pour me rappeler à quel point ça fait mal. Peut-être un jour, arriverai-je à surmonter cette dernière épreuve et laisser le passé dans le passé. Personne n'est au courant de cette dernière faiblesse, même pas Camila. Non, je n'oserai pas lui dire. Et je ne le dis à personne, car j'aime être la personne forte que tout le monde pense que je suis. Celle sans faiblesse, qui n'a pas froid aux yeux. Celle qui ose tout, celle qui n'a peur de rien.

Who I Am

Je me nomme Naomie Timytlier et j'ai 16 ans. J'aime rire pour rien, sortir, le camping et trainer avec plein de monde et je déteste quand on tourne autour du mec qui me plait et les pieds, mais je vous détaillerai ça plus tard. Et ma tête de folle, c'est celle de Lina Tesch, me la vole pas j'y tiens !



Je séjourne : Au The Gold Lion
Etudes/Profession : 1ère L et photographie

And ...


Groupe : Like Every Years


Behind

Vous pouvez m'appeller Twiggy et j'ai 15 ans. J'aime écrire, le piano, la guitare, les sports dangereux et faire n'importe quoi et je déteste les pieds... J'écris depuis 2 ans, et j'ai connu le forum parce que je suis la fondatrice.

© Halloween

[/size]
Revenir en haut Aller en bas
 
Heureusement que le ridicule ne tue pas ▲ Naomie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ridicule, à se tordre de rire, niais... Qui à votre avis...
» Le ridicule ne tue pas... et c'est heureux!
» Le ridicule tue moins que la prétention. Et il fait rire | Luiz C. Stregone
» [résolu]Stat Vitesse ridicule
» Awards du lutteur le plus ridicule

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bitchin Summer :: Gestion des personnages :: Inscriptions :: Présentations acceptées-
Sauter vers: